1. Les substantifs de la classe MU-BA

 

_ Les substantifs appartenant à cette classe ont comme préfixe

singulier mu- et comme préfixe pluriel ba-. Ils désignent des personnes.

 

 

 

 

Muntu

Mukàji

mulùme

mukalenge

mupika

mufùdi

mutooke

mufiike

mulunda

mupèlè

mufuè

muledi

mulongeshi

mulongi

muâna

muenyi

muîvi

muitabi

 

 

 

 

 

Homme

femme

mâle

seigneur, chef

esclave

forgeron

un blanc

un noir

ami

un pauvre

un mort

parent

instituteur

élève

enfant

étranger

voleur

fidèle, croyant

 

 

 

bantu

bakàji

balùme

bakalenge

bapika

bafùdi

batooke

bafiike

balundà

bapèlè

bafuè

baledi

balongeshi

balongi

bâna

beenyi

bîvi

biitabi

hommes

femmes

mâles

seigneurs, chefs

esclaves

forgerons

des blancs

des noirs

amis

des pauvres

des morts

parents

instituteurs

élèves

enfants

étrangers

voleurs

fidèles, croyants

 

 

 

 

 

 

Note- a + a = a.: ba-ana = bâna .

 .:       a + e  = e :  ba-enyi = be.nyi ,

          a + i   = I .: ba-itabi = biitabi.

Le préfixe mu devant une voyelle se prononce mw: muâna, prononcez:

mwâna, muenyi, prononcez: mwenyi; muivi, prononcez: mwivi, etc.

 

  A cette classe appartiennent aussi quelques substantifs, désignant des personnes, qui n'ont pas de préfixe au singulier, mais qui prennent le préfixe ba- au pluriel.

 

taatù

maamù

bààba

kaakù

 

yàyà

 

bàya

père

mère

mère

grand-père, grand-mère

fille (sœur) aînée

mari, époux

batataatù

bamaamù

babàabà

bakaakù

 

bayààyà

 

babààya

pères, aïeux

mères

mères

aîeux

 

filles (sœurs) aînées)

maris, époux

 

 

 (Ce nom s'emploie généralement rélié à un possessif).

Note. _ On peut ranger dans cette classe les noms que les Baluba donnent à Dieu: Mvidi Mukùlù, Mulopô, Maweja (a Nangila), Nzambi.

 

  Voici maintenant quelques notions concernant l'adjectif, la copule, le connectif et la manière dont on rend le verbe «avoir »,

L'adiectif.

  La liste des véritables adjectifs n'est pas fort longue. Toutefois, on supplé à ce manque apparent en rendant beaucoup de nos adjectifs par des radicaux verbaux, qui suivent les mêmes règles que les véritables adjectifs.

Véritables adjectifs:

Mu-nène (munène)grand, 'gros, volumineux

Mu-kesè (mukesè)petit, mince, peu nombreux

Mu-le (mule)         long, lointain, profond, haut

Mu-ipi (muipi)       court, proche

Mu-împè(muîmpè)         beau, bon, agréable

Mu-bi. (Muibi)      mauvais, laid, désagréable

Mu- kùlù (mukùlù)vieux, ancien

Mu-bishi (mubishi)         vert, cru, frais

Mu-jimà (mujimà).          entier, tout

Mu-ngi.(mungi)     beaucoup, nombreux

Mu-balè (mubalè) rare, peu nombreux

Mu-nga (munanga)          autre

Mu-kuàbo (mukuabo)     ' autre

Mu-tupù (mutupu)vide

,mu-( inèmuinè)     même

 

 

Formes verbales employées comme adjectifs:

 

mukole

mulenga, mulengeele

musheeme

mutekèteke

mufiike

mutooke

mukùnze

muakane

mupiè

mufuè

mupâle(mupaale)

mubolè

muûme

munyâne(munyane)

mutuè

muvulè

nyangùke

fort, dur, difficile

bon, beau, belle, agréable, utile

doux, agréable au goût, à l’ouïe

faible, tendre, jeune

noir, sombre

blanc, clair

rouge, jaune

convenable, juste, à point

mûr, brûlé

mort, usé, cassé

fou, insensé

mouillé, gâté, pourri

sec

maigre

aigu, tranchant

nombreux

abîmé, usé, gâté, détérioré

 

 

-Notez bien qu'aucun de ces adjectifs n'existe ou ne peut être employé dans la forme donnée ci-dessus. Les adjectifs, en luba, sont des radicaux qui ne sont viables qu'à proximité ou sous l'influence du substantif qu'ils déterminent; il doit donc être précédé par le préfixe approprié.

 

-L'accord entre le substantif et l'adjectif s'établit au moyen du préfixe nominal; l'adjectif est en accord nominal avec le substantif. Les préfixes nominaux sont les mêmes que les préfixes classificateurs, excepté pour la classe N - N (M - M) et le pluriel de la classe LU- N, comme nous verrons aux leçons suivantes.

 

muntu mukolè

mukalenge muneène

mulundà mubi

mukàji muîmpè

un homme fort

un grand chef

un mauvais ami

une belle femme

pluriel-bantu bakolè

          -bakalenge baneèn

          -balundà babi

          -bakaji bîmpe

 

 

   L'adjectif suit toujours le substantif. Néanmoins, les adjectifs kuàbo, nga, et ngi peuvent, en certains cas, précéder le substantif.

 

La Copule (le verbe « être») -di

 

La copule est composée de deux parties:

 

1) la partie désignant la personne qu'on appelle préfixe pronominal et qui change d'après les personnes et les classes des noms;

 

2) le radical -di qui est invariable. Le préfixe pronominal se place devant le radical.

Le préfixe pronominal de la première personne du singulier est n, de la deuxième personne u: de la première pers. du pluriel tu et de la deuxième pers. nu.

 

Voici comment on traduit l'Indicatif présent du verbe copulatif

"être"

 

n-di (in-di)

u-di

je suis

tu es

tu-di

nudi

nous sommes

vous êtes

 

ndi mulongi

udi muneène(ùdi muneène)

tudi bantu

nudi balongi

tudi baneène

badi bantu bakolè

je suis un élève

tu es grand(il est grand)

nous sommes des hommes

vous êtes des élèves

nous sommes des grands

ils(elles) sont des hommes forts

 

 

  Le préfixe pronominal de la 3me personne du singulier et du pluriel est le même que le préfixe nominal du substantif qu'il remplace, avec cette restriction, que les préfixes 'nominaux à initiale m perdent cette consonne et ne gardent comme préfixe pronominal que la voyelle; les préfixes ne contenant pas de m sont invariables.

 

  Ainsi, le préfixe nominal muntu étant mu, le préfixe pronominal est ù ; le préfixe nominal de bantu étant ba-, le préfixe pronominal est également .

 

Note.- les préfixes pronominaux sujet de toutes les classes ont le ton bas au singulier et au pluriel.

 

ù-di : il (elle) est                                          bà-di : ils (elles) sont

 

muâna ùdi mukesè

bâna bàdi bakesè

mulongi ùdi munène

balongi bàdi banène

muntu ùdi mukolè

bantu bàdi bakolè

muîvi ùdi muntu mubi

bîvi bàdi bantu babi

l’enfant est petit

les enfants sont petits

l’élève est grand

les élèves sont grands

l’homme est fort

les hommes sont forts

le voleur est un homme méchant

les voleurs sont des hommes méchants

 

Note. - En tshiluba il n'y a pas de pluriel de courtoisie ou de majesté. Quand on Parle à une seule personne on emploie la deuxième personne du singulier; si on s'adresse à plusieurs,.on emploie la deuxième personne du pluriel; de soi-même on parle toujours à la première personne du singulier.

 

Le connectif (particule de relation)-a

 

  Toute relation de possession, de dépendance, d’origine, de provenance, de destination, etc. entre le substantif et une autre partie de la proposition, se rend au moyen de la particule –a, qu’on appelle connectif. Souvent cette particule correspond au génitif : du, de la, des.

  Accord avec le connectif.- Le connectif- prend l’accord pronominal, mais notez bien que le connectif s’accorde avec le mot qui précède et n’a rien à voir avec le mot qui suit. (Le préfixe pronominal u, suivi du connectif, se prononce et s’écrit wa ; a devient long.)

 

  Le préfixe pronominal de la classe mu-ba étant u au singulier et ba au pluriel, nous disons :

 

muntu wa (ua) mukalenge

bantu bà (baa) mukalenge

muâna wa mukàji

bâna bà mukàji

mukàji wa mulongeshi

bakàji bà balongeshi

mulundà wa mufùdi

balundà bà mufùdi

baledi ba muàna bàdi bafuè

baledi ba muana m’bafuè

muàna mukuàbo wa mukalenge ùdi mutekète

bâna bakuàbo bà mukalenga bàdi batekète

un homme du (ou pour le) chef

des hommes du (pour le) chef

l’enfant de la femme

les enfants de la femme

la femme de l’instituteur

les femmes de l’instituteur

l’ami du forgeron

les amis du forgeron

les parents de l’enfant sont morts

les parents de l’enfant sont morts

l’autre enfant du chef est petit (faible)

 

les autres enfants du chef sont petits (faibles)

 

Note. - Le connectif -a en accord avec le préfixe pronominal singulier u de la classe mu-ba a le ton haut, tandis que le connectif en accord avec ba . a le ton bas.

 

  Le connectif ayant un ton bas influe sur la dernière syllabe du mot précédant -irrémédiablement et s’assimile le ton haut de cette syllabe, à .moins      qu'elle ne soit précédée par un autre ton haut.

 

« AVOIR»

 

  Le luba ne possède pas de mot spécial qui traduit le verbe « avoir ». Pour rendre cette notion les Baluba se servent de la copule -di , suivie de la particule nè =avec, et. Donc «avoir»=. « être avec» = -di nè, kuikala ne.

 

ndi nè taatù nè maamù

udi nè mulundà muîmpè

ùdi nè baana bimpe

tudi nè balundà bavulè

nudi nè balongi bakesè

badin è(badinè) bintu bivulè

mukàji ùdi nè muâna wa balume

bakaji badi nè baana ba bakaji

mufudi ùdi nè mulunda muimpe

bafùdi bàdi nè balunda bimpe

 

j’ai un père et une mère

tu as un bon ami

il a des beaux enfants

nous avons beaucoup d’amis

nous avons peu d’élèves (petits élèves)

ils ont beaucoup de choses

la femme à un garçon

les femmes ont des filles

le forgeron à un bon ami

Les forgerons ont des bons amis